Des héros martiniquais

 

A l’heure où le Ministère de l’Education Nationale et le Ministère de l’Agriculture, sous  recommandation du Président de la République, demandent aux enseignants de lire la lettre de Guy Moquet aux élèves de « France et de Navarre », nous devons nous interroger à la Martinique sur l’existence de tels personnages au niveau local. Avons-nous des « Guy Moquet » dans notre histoire locale ? S’il fallait demander aux jeunes de nommer un Martiniquais héros de guerre ou autre que nous répondraient-ils ? Ils hésiteraient car fort est à constater que les jeunes et même certains adultes ne trouvent pas de noms. Et pourtant notre histoire regorge de jeunes Martiniquais, héros de guerre qui ont quitté leur île natale pour combattre l’ennemi et sont morts au champ d’honneur.
La Première Guerre Mondiale nous a fourni une liste impressionnante de jeunes décédés sur le champ d’honneur alors qu’ils avaient tout juste 18 ou 19 ans : la fleur de l’âge. De nombreuses familles martiniquaises ignorent que dans leur propre famille, il y a des héros. C’est le cas des jeunes :

- MICHIÉ Théodule Romuald, né au François en 1899 et tué à l’ennemi le 11 octobre 1917 à l’âge de 18 ans. Il est inhumé dans la nécropole nationale « Bras-sur-Meuse » dans
la Meuse.

- LUCIEN Antoine Damien, né en 1897 à Fort de France tué à l’ennemi à 18 ans le 22 juillet 1915 au bois Lepêtre (Meurthe-et-Moselle).

- MACIL Eugène, né à Saint-Pierre en 1897 et tué à l’ennemi à 18 ans, le 4 novembre 1915 à Massige (Marne).

- CREPIN Félix Gaston, né à Saint-Joseph en 1897 et tué à l’ennemi le 14 aout 1916 à Villiers Carbonnel dansla Somme. Ce jeune homme avait obtenu une citation à l’ordre du régiment «  soldat énergique et courageux, partit au front sur sa demande le 26 juillet 1915, blessé une première fois à Marazec, le 12 août 1915, une deuxième fois à Dancourt, le 29 juin 1916, en assurant la liaison entre son chef de section et son commandement de compagnie, sous un bombardement intense »

Ces jeunes Martiniquais pourraient devenir des héros locaux. Il en est de même pour ces autres jeunes âgés de 19 ans tués à l’ennemi sur le champ de bataille : de AMICAL Ernest Julien ( foyalais tué à  Orahovo en Serbie), de BELIN Victorin (franciscain tué à Orahovo en Serbie), de ETTOI Paul (Joséphin tué à Orahovo en Serbie), de JOURDAIN Basile Arthur (Saintannais  tué à Orahovo en Serbie), de LANDA Joinville (Pierrotin tué à Vaux-Chapitre, près de Verdun), de MALEAU Sosthène ( Arlésien tué à Orahovo en Serbie), de PILON Aurélien (Pilotin tué à Orahovo en Serbie), de VINCENT Jean (foyalais tué à Kénali en Serbie),  de ZIÉMÉ Bernard Florentin (Robertin tué à Cappy dans
la Somme).

A la veille des cérémonies du 11 novembre, il convient de réfléchir sur la place que nous accordons à nos héros de guerre et à nos Anciens Combattants. Il faut leur rendre hommage chaque année. C’est à nous Martiniquais de le faire car personne d’autre ne le fera à notre place. La question n’est pas de polémiquer autour des motivations qui animaient ces jeunes à l’époque mais bien de rendre hommage à ces hommes qui ont participé à une guerre mondiale. Il ne faut pas regarder l’histoire avec nos yeux de maintenant. Il ne faut pas non plus que nous ayons honte de notre histoire et que nous essayions de « gommer » les épisodes qui ne sont pas toujours héroïques. L’histoire est comme elle est. Nous la faisons tous les jours. Nous devons de plus, la transmettre à nos enfants afin qu’ils se construisent et se situent dans l’histoire mondiale.

Un concours de réalisations artistiques sera bientôt lancé auprès des élèves des classes de CM2 intitulé « En mémoire de nos héros » afin que la jeune génération réfléchisse à la façon de rendre hommage à ces héros. Mais cette réalisation passe d’abord par une appropriation de notre histoire et par la recherche de ces héros. Nul doute que les petits Martiniquais sauront trouver des héros et faire preuve d’imagination.

Sabine ANDRIVON-MILTON

Une Réponse à “Des héros martiniquais”

  1. ROSEMAIN CHRISTINE dit :

    bonjour

    vous faites une commémoration a balata le 11 novembre 2015 pour les soldats foyalais mort pour la France.
    J’aimerai participer à cette cérémonie, car je suis petite nièce d’un soldat mort pour la
    France en 1918 qui habitait à Balata.
    A la Toussaint je n’ai vu aucun nom sur la croix du cimetière de Balata.
    Merci de me donner l’heure de la cérémonie

    Bien cordialement

    CHRISTINE ROSEMIN

Laisser un commentaire

 

Ecology Brazil |
Vive la Résistance. |
Fan club de stéphane auer |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | culture G
| société civile
| Pour La Justice Sociale