Présentation de l’historienne

Posté par andrivonmilton le 1 juillet 2010

NOUVEAU: QUESTIONS POSEES A L’HISTORIENNE LE 11 NOVEMBRE 2011

dscf2174.jpg

Sabine ANDRIVON-MILTON se définit comme étant « une fille du centre » de la Martinique, une représentante de la CACEM (Communauté d’Agglomérations du Centre de la Martinique) : elle est née à Fort-de-France, de parents foyalais ( sa mère était de Sainte-Thérèse, son père de Trénelle). Elle a fait ses classes (primaire et collège ) à Sainte-Thérèse puis au Lycée de Bellevue. Elle a commencé et terminé ses études sur le Campus de Schoelcher. Elle a grandit à Saint-Joseph et habite actuellement le Lamentin.

Elle a obtenu sa licence et sa maîtrise d’histoire à la Sorbonne. Son passage à Paris résultait de l’envie de partir découvrir l’ailleurs.  A Paris, elle habitait la résidence Concordia à la rue Tournefort. Là, elle partageait sa petite chambre universitaire avec une Guadeloupéenne appelée Fabienne Vilier.

Titulaire du CAPESA d’histoire-géographie, elle enseigne depuis 1993 au L.P.A. du Robert où pendant trois ans elle a occupé le poste de proviseur adjoint. Elle a, à ses débuts, enseigné dans plusieurs centres de formation: ESCAT, ISCA, GRETA…Elle a été chargée de cours pour le DAEU sur le Campus de Schoelcher.

 Elle a soutenu son Doctorat d’histoire sur le Campus de Schoelcher et a fait venir à la Martinique les spécialistes de la Première Guerre Mondiale: Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau. Elle tenait absolument à soutenir sa thèse à la Martinique car, selon ses propos:  » la qualité des études ici est très bonne, contrairement aux rumeurs ».

Mère de deux enfants (13 et 10 ans), elle sait allier vie familliale, vie professionnelle et recherches scientifiques. Elle est la cadette d’une famille de trois enfants. Elle a deux frères: William Andrivon, docteur en toxicologie (SANOFI-AVENTIS) et Harold Andrivon, chef d’entreprise (EVENT DOM, ESSENTIA CARAIBE).

Ses loisirs sont nombreux: sport en salle, aquagym, cinéma, lecture, danse. Elle avoue sans complexe apprécier le « zouk love » qui selon elle, « est une musique de chez nous », qu’elle qualifie de sensuelle. Ses chanteurs préférés sont: Tania Saint-Val, Princess’Lover, Richard Birman, Rodrigue Marcel. Elle apprécie aussi la jeune génération comme: Perle Lama, Fanny, Cyrielle, Doriane, Laurianne Zacharie,….Elle aime les anciens groupes haïtiens: Djet X, Magnum Bang…. et bien sûr Kassav’.

Elle effectue aussi des recherches généalogiques car elle souhaite transmettre à ses enfants leurs racines. Leur expliquer « d’où ils viennent ». Elle s’intéresse plus particulièrement à la généalogie des familles ANDRIVON, MILTON, DESLANCES et LUDON. Elle est très attachée à sa famille et garde des liens avec ses cousins et cousines proches et éloignés.

Elle dit ouvertement ne pas vouloir se lancer en politique car elle estime qu’entrer en politique c’est perdre un peu de sa liberté et ne souhaite pas être attachée à un parti. Toutefois, elle s’interésse à la chose politique et donne de son temps pour certaines actions.

Elle aime la Martinique qu’elle trouve belle car « son île présente plusieurs facettes ». Elle tient à souligner les efforts des différents organismes touritiques, culturels et sportifs qui mettent en place des manifestations afin d’animer la vie martiniquaise.

Depuis janvier 2007, elle est la présidente de l’Association Histoire Militaire de la Martinique qui organise chaque année des manifestations autour du 11 novembre dont l’opération Monuments aux Morts en Lumières. Elle s’intéresse aux monuments aux morts sur lesquels sont gravés la liste des soldats morts au combat.

Son combat:

- Inciter les municipalités à réparer l’oubli en inscrivant les noms des soldats oubliés sur les monuments aux morts.

- Défendre la cause des Anciens Combattants car selon elle: « ils ne sont pas assez entendus et pas assez respectés »

-  Rappeler à la population martiniquaise son histoire: le devoir de mémoire

Pour conclure: elle avoue qu’elle trouve la vie belle et estime que l’on devrait vivre pleinement l’instant présent, profiter de ses parents, de ses enfants, de ses amis.

Elle est très croyante.

Elle est depuis le 8 décembre 2009, lieutenant de la réserve citoyenne et a obtenu la médaille du mérite colonial.

A ce jour elle a écrit six ouvrages:

- La Martinique base navale dans le rêve mexicain de Napoléon III

- La Martinique et la Grande Guerre

- Le livre d’or des soldats martiniquais morts pendant la Grande Guerre

- Lettres de Poilus martiniquais

- La Martinique pendant la Grande Guerre, recueil de poèmes et de chants

- Anatole dans la tourmente du Morne Siphon

- La Martinique en 200 questions-réponses

(Voir Biographie)

Le 10 novembre 2010, elle a réalisé un colloque intitulé LES ANCIENNES COLONIES ET LA GRANDE GUERRE au ministère de l’outremer sous le haut patronage de Patrick Karam qui a remporté un grand succès.

Elle a réussi à transporter ce colloque en Martinique le 8 novembre 2011 en faisant venir les spécialistes de la Nouvelle-Calédonie, de la Guyane, de la Guadeloupe. L’intervention de la représentante de la Réunion a été projetée.

Pour cette année 2012, l’association qu’elle préside a décidé de rendre un hommage local aux anciens combattants.

Pour contacter Sabine ANDRIVON-MILTON, il vous suffira de lui adresser un mail à l’adresse suivante: sabine.milton@ool.fr

 

 

Publié dans anciens combattants, antillaise, femme battante, femme créole, femme martiniquaise, femmes antillaise, Histoire de la Martinique, historienne, historienne antillaise, historienne martiniquaise | 5 Commentaires »

Les écrits de l’historienne

Posté par andrivonmilton le 16 mars 2007

numrisation0004.jpg 

En 1996, Sabine ANDRIVON-MILTON  publie son premier ouvrage intitulé La Martinique, base navale dans le rêve mexicain de Napooléon III (1862-1867) pour lequel elle obtient le Prix de l’Académie International de Lutèce. Cet ouvrage est distribué par la société SAM Editions.

Son deuxième ouvrage est le fruit de sa thèse et s’intitule la Martinique et la Grande Guerre paru aux éditions L’Harmattan en novembre 2005. Elle obtient pour cet ouvrage le Prix des écrivains combattants.

cérémonie de remise du prix

En novembre 2006, elle publie le livre d’or des soldats martiniquais morts pendant la Grande Guerre aux éditions SAM Editions.

Son dernier ouvrage est paru,aux éditions SAM Editions en novembre 2008 et s’intitule « Lettres de Poilus Martiniquais« . Le 8 novembre 2008, au théâtre de Fort-de-France, l’historienne a présenté de façon très originale ce livre. En effet, des lycéens (du L.P.A. du Robert) ont mis en scène sept lettres avec réalisme. La salle était comble et le public en redemandait. La soirée s’est terminée par la prestation d’un groupe de danses d’enfants. Il s’agissait d’une vraie rencontre inter générationnelle car le public était très hétéroclite.

LETTRES DE POILUS MARTINIQUAIS
Album : LETTRES DE POILUS MARTINIQUAIS
Présentation réalisée le 8 novembre 2008 au théâtre de Fort-de-France
7 images
Voir l'album

En novembre 2009, elle publia la Martinique pendant la Grande Guerre, recueil de poèmes et de chants. Pour la présentation au public, elle a fait intervenir plusieurs intervenants qui tour a tour ont présenté des poèmes. l’hymne créole a été chanté.

En juillet 2010, Anatole dans la tourmente du Morne Siphon est né. Ce roman historique retrace la vie à la Martinique à travers les yeux d’unenfant de 12 ans. L’ouvrage fut présenté à l’atrium et les différents personnages se sont présentés au public.

En décembre 2011, la Martinique en 200 questions-réponses est paru. Succès de librairie pour cet ouvrage qui est resté numéro un des ventes pendant plus de six mois.

 

Publié dans culture histoire Martinique Sabine ANDRIVON-MILTON Gran, femme battante, femme martiniquaise, femmes antillaise, Histoire de la Martinique | 3 Commentaires »

Les actions de l’historienne

Posté par andrivonmilton le 2 janvier 2007

diversdecembre2006170.jpgDepuis 2005, Sabine Andrivon-Milton milite pour que les municipalités rajoutent les noms des soldats oubliés sur les monuments aux morts. En effet, l’historienne a découvert que près de 150 noms de soldats avaient été oubliés et n’étaient pas inscrits sur les monuments aux morts.

 

Plusieurs municipalités ont déjà réparé l’oubli ( Vauclin, Le Robert, le Carbet, Sainte-Marie, Le Gros-Morne, Le Lorrain, Fond Saint-Denis, Diamant, Rivière-Salée, Sainte-Anne) mais il reste encore quelques communes qui ne se sont pas encore manifestées ou qui ont reporté leur action à une date ultérieure.

articlefasurriviresale.jpg

 

articlefasurlelorrain.jpg

 

articlefasurfondsaintdenis1.jpg

 Liste des communes qui doivent encore rajouter les noms des soldats: Lamentin (13), Saint-Esprit (2), Rivière-Pilote (3), Morne-Rouge(7), Macouba(1), François(20), Basse-Pointe(3), Ajoupa Bouillon(5), Anse d’Arlet (5)

 

Publié dans femme battante, femme martiniquaise, femmes antillaise, Histoire de la Martinique, historienne, historienne antillaise, monuments aux morts 11 novembre illumination | 1 Commentaire »

 

Ecology Brazil |
Vive la Résistance. |
Fan club de stéphane auer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | culture G
| société civile
| Pour La Justice Sociale